Toutes les peines du monde

de Natacha de Pontcharra

tlpdm.jpg

CRÉATION septembre 2012
Avec Françoise Jimenez
Mise en scène Didier Lelong

RÉSUMÉ : Anne la quarantaine, rentre chez elle, son dîner dans ses sacs en plastique. Ce soir, Anne reçoit toutes les peines du monde, une vieille bande de copines invitées là par un habitué de la maison : un tenace petit cafard du soirů Personnage de notre époque et de ses névroses, Anne nous emporte dans la course folle et décapante d’un parcours placé sous le signe de la boucle de la pensée et du langage. Mots et maux ligotés les uns avec les autres, sauveurs et outils de sa détresse, tracent avec un humour cruel ce parcours de la solitude, du mal-être et du mal d’amour.

«C’est peut être cela une des tentatives, tentation, de l’écriture, de circuler sur ce chemin de crête qui passe au bord de nos gouffres. Ces extrémités de soi, paradoxalement, jouxtent et dépassent nos vies propres et semblent rejoindre les lieux communs qui nous unissent tous. Solitude, folie, enfermement, traverser ce terrible par le rire et la joie du jeu. Un jeu à trois jeux explosant leurs cloisons de façon jubilatoire, celui des mots, du corps, et de l’espace clos d’un lieu de vie, donnés à la même règle, passer un peu de foudre de notre humanité."
Natacha de Pontcharra